30ème dimanche du temps ordinaire année C 2022

Chers frères et sœurs,

Avez-vous remarqué que dans une des prières Eucharistique, on entend cette belle expression « Et lorsque prendra fin notre pèlerinage sur la terre, reçois-nous dans la demeure où nous vivrons près de toi pour toujours. » Belle expression qui montre le sens de notre vie sur la terre. Une forme de pèlerinage vers le Royaume de Dieu.

Un pèlerinage, c’est un long chemin de dépouillement extérieur pour révéler le trésor intérieur qui habite et vivifie nos cœurs : Dieu lui-même. Dans un pèlerinage, ce n’est pas tant l’arrivée qui est importante que la route parcourue pour y parvenir ; cette route avec ses angoisses et ses émerveillements, avec ses complications et ses rencontres… bref, si on avait su la difficulté, on ne l’aurait jamais fait. Mais une fois arrivé au bout, on n’a qu’une hâte, c’est de repartir…

Le pèlerinage de la vie chrétienne, cette marche vers le Royaume, c’est bien notre destinée spirituelle qu’on a engagée au baptême, et qu’on entreprend tranquillement au fil du temps. Il me semble que pour mener à bien un tel projet, il y a quelques essentiels qu’on retrouve de tous temps, dans chaque pèlerinage… 3 essentiels qu’on vient d’entendre…

  • Avoir un cœur de pauvre

« La prière du pauvre traverse les nuées. » avoir une prière de pauvre, c’est ce à quoi invite implicitement la 1ère lecture. Et c’est aussi ce à quoi invite Jésus, de manière très explicite, dans les Béatitudes : « Heureux les pauvres de cœur, car le Royaume des Cieux est à eux. » Mt 5,3. Mais qu’est-ce que ça veut dire avoir un cœur de pauvre ? Faut-il abandonner ses richesses matérielles ? Faut-il arrêter de réfléchir pour être pauvre d’esprit ?

La pauvreté du cœur est une attitude spirituelle avec laquelle on comprend profondément qu’on est autonome, mais pas indépendant. On est autonome pour vivre correctement sans l’aide de Dieu, pour exercer sa liberté, pour choisir entre le bien et le mal… Quelque part, on est autonome pour vivre. Mais on est dépendant de Dieu pour tout. Si on fait les choses sans amour, on se réduit à être des automates, des machines programmées pour « faire », pour « fonctionner »… Dieu nous donne une dignité profonde, de personne unique et capable d’aimer comme lui. La pauvreté du cœur, c’est de reconnaître que sans lui, on est sec, sans lui, on n’est pas grand-chose.

  • Faire confiance en la Providence

« Personne ne m’a soutenu : tous m’ont abandonné. […] Le Seigneur, lui, m’a assisté. » C’est la malheureuse expérience de St Paul qui rappelle celle de Jésus sur la croix… Le fameux dicton dit que « c’est dans la difficulté qu’on reconnaît ses vrais amis. » On a tous probablement plus ou moins fait l’expérience de l’abandon à un moment de la vie… C’est dur ! Mais en le relisant, c’est aussi un moment où on peut sentir substantiellement la grâce de Dieu qui, lui, est présent. Il ne sauve pas nécessairement de la situation périlleuse dans laquelle on se trouve, mais il apporte sa présence. C’est ce que dit St Paul juste après : « Il m’a rempli de force. » Dieu est discret et délicat…

Quand certains croient en la prédestination, au karma, ou d’autres forces du destin ; nous, chrétiens, nous croyons en la Providence. St Thomas d’Aquin s’est posé cette question de l’existence du hasard et de la Providence. Il disait que des évènements peuvent arriver par hasard. Pourquoi je me suis retrouvé à ce moment-là, lorsqu’une bourrasque a cueilli une tuile qui est venue rencontrer ma tête avec véhémence… ? Ce n’est pas nécessaire d’y voir un châtiment divin ou le démon qui fait un coup bas pour le plaisir. C’est la place du hasard. Par contre, pourquoi, en allant sur le marché ce matin, j’ai rencontré cette personne lumineuse qui m’a redonné le goût d’espérer ? Ça, on peut l’appeler Providence, action bienveillante de Dieu.

  • Progresser

Ce qui m’a le plus marqué dans l’Évangile de ce dimanche, et ce à quoi je n’avais pas vraiment fait attention avant, c’est cette petite réaction de Jésus : « c’est lui qui était devenu un homme juste plutôt que l’autre. » ça signifie bien qu’on n’est jamais arrivé, il y a toujours une progression à accomplir. Si on se croit arrivé, avec les cases bien cochées, comme notre ami pharisien, on n’a rien compris. La progression dans cet Évangile, c’est que la distance entre les deux hommes diminue. Que l’idéal religieux du pharisien embrasse la profondeur spirituelle et la contrition du publicain, et non l’inverse. La progression est ce chemin intérieur de réconciliation entre ces deux mondes qu’on a tous en soi. C’est une progression tellement fastidieuse et lente qu’on peut appeler ça un pèlerinage… le pèlerinage de toute une vie !

Conclusion

« La mort est la fin du pèlerinage terrestre de l’homme, du temps de grâce et de miséricorde que Dieu lui offre pour réaliser sa vie terrestre selon le dessein divin et pour décider son destin ultime. Quand a pris fin  » l’unique cours de notre vie terrestre « , nous ne reviendrons plus à d’autres vies terrestres.  » Les hommes ne meurent qu’une fois  » (He 9, 27). Il n’y a pas de  » réincarnation  » après la mort. » CEC 1013

La fin de l’année liturgique a toujours une portée eschatologique avant de commencer une nouvelle année dans l’attente du Messie avec le temps de l’Avent. L’eschatologie, ce sont les derniers temps. C’est l’occasion d’une introspection plus poussée… De même que les entreprises font un bilan comptable chaque année, on peut, pendant ces dernières semaines, faire un bilan de sainteté, une relecture de sa vie. Le but est de se mettre dans la perspective de la Toussaint, dans une dynamique d’espérance pour désirer rejoindre cette Église céleste qui intercède pour nous continuellement, et qui se réjouit en contemplant le Créateur. Est-ce que je désire rejoindre l’Église céleste ?

Amen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.